Communiqué de presse


fr | en | de | es

UE-OGM

L'autorisation de la pomme de terre OGM Amflora est une décision scandaleuse de la Commission européenne


En acceptant aujourd'hui la mise en culture de la pomme de terre transgénique AMFLORA, développée par BASF, la Commission européenne cède une nouvelle fois face aux exigences des multinationales.

Cette première décision de la Commission Barrosso II sur un dossier aussi important que les OGM montre l'incapacité des Commissaires à prendre en compte les points de vue clairement exprimés par un nombre important d'Etat Membres ainsi que par une large majorité des citoyens européens qui s'opposent, depuis des années, à l'utilisation des biotechnologies en agriculture.

Sur le marché existent déjà des pommes de terre développées de manière conventionnelle pour leur haute teneur en amidon: le bidouillage génétique n'est donc pas nécessaire. Qui plus est, cette nouvelle variété de pomme de terre contient des marqueurs de gênes sources de résistances antibiotiques.

Cette décision est d'autant plus scandaleuse qu'elle bafoue lamentablement la Directive européenne de 2004 exigeant l'abandon de ces marqueurs dans les plantes OGM.

L'Agence Européenne de Sécurité des Aliments, ébranlée par le cas récent d'un débauchage d'une de ses hautes-fonctionnaires par l'industrie semencière, achève de se discréditer, lorsqu'elle soutient qu'il est peu probable que le marqueur gène cause de résistance antibiotiques introduit dans la pomme de terre BASF ait des conséquences sur la santé ou sur l'environnement.

Pour Sandrine Bélier, eurodéputée du Groupe des Verts/ALE européen:

"Le Président Barroso débute fort mal son nouveau mandat en se moquant de l'opinion de la majorité des citoyens européens qui rejette les OGMs. Qui plus est, choisir une procédure écrite sans débat au collège des Commissaires afin d'autoriser la première mise en culture d'OGM depuis 12 ans est de très mauvais augure". Et l'Eurodéputée d'Europe-Ecologie de rajouter: "La prise en compte des préoccupations citoyennes et la transparence sur un sujet aussi sensible que les OGM doivent être de rigueur. Barroso n'aurait-il donc pas tiré les leçons de son premier mandat?".

Pour José Bové, eurodéputé du Groupe des Verts/ALE européen:

"La Commission européenne doit sortir de sa tour d'ivoire et revenir sur cette décision. Elle doit entendre enfin les citoyens qui ne veulent pas d'OGM. Elle doit en outre accepter la position des 27 Etats membres qui en décembre 2008 avaient majoritairement souhaité une réforme radicale des procédures d'évaluation."

Transgénicos

La comisión autoriza la patata 'Amflora' a pesar de las dudas a nivel sanitario y las reticencias de los consumidores


La Comisión Europea ha expedido hoy la primera autorización de nuevo cultivo para una variedad genéricamente modificada de una planta en 12 años. El recién instalado comisario europeo de Salud y Protección de los Consumidores, John Dalli, ha dado hoy luz verde a la variedad de patata "Amflora" (pensada principalmente para aplicaciones industriales), producida por la compañía farmacéutica alemana BASF.

El eurodiputado de los Verdes/ALE Raül Romeva ha comentado:

"Me ha chocado que el comisario de Salud y Protección de los Consumidores sólo haya necesitado unas pocas semanas en su nueva posición para mostrar tal apoyo flagrante a los intereses industriales por delante de los intereses generales que debe defender desde su cartera. Su decisión de autorizar la patata Amflora es una bofetada al 70% de consumidores contrarios a los alimentos genéticamente modificados, así como a la clara posición anti-transgénica del Parlamento Europeo."

"Hay serias reservas sobre el hecho de que Amflora contenga un gen marcador de resistencia a los antibióticos,  una técnica obsoleta. La Agencia Europea de Seguridad de los Alimentos se desacredita sosteniendo que es 'poco probable' que la presencia de este gen tenga efectos sobre la salud humana o el medio ambiente, una asunción que es rechazada por la Organización Mundial de la Salud . Permanecen serias  dudas sobre las posibles consecuencias para la salud humana y el medio ambiente. Como ciertas variedades no transgénicas ya han probado tener las mismas características diseñadas en Amflora, sólo puedo sacar la conclusión que esta autorización es en el mejor de los casos innecesaria y en el peor de ellos peligrosa.


Merci de partager