Communiqué de presse


Nagoya

Les Verts au PE saluent le vote de la commission environnement en faveur de l'utilisation équitable et durable de la biodiversité


Un projet législatif ayant pour but de préserver la biodiversité et d’assurer son utilisation durable a reçu le soutien de la commission de l'Environnement ce jeudi. 

Le texte doit permettre la ratification du Protocole de Nagoya et sa transposition en règlement européen. 

Le projet de règlement vise à établir les règles pour l’utilisation des ressources génétiques en Europe et le partage juste et équitable des avantages qui en découlent. 

Les amendements adoptés par la commission parlementaire introduisent des critères en matière de traçabilité, d'éthique, de respect des obligations internationales et de partage des avantages. Ils instaurent un fonds Européen pour la biodiversité. 

Pour Sandrine BELIER, députée européenne et rapporteure principale : 

« Je me réjouis de ce vote qui s’inscrit, 3 ans plus tard, dans la lignée de l’accord historique de 2010 au sommet international de Nagoya et est une avancée majeure pour la biodiversité. L’adhésion quasi unanime des autres groupes politiques à mes propositions est un signal fort appelant un projet de règlement ambitieux à la hauteur du Protocole de Nagoya.

Plus qu’un véritable pas en avant pour la préservation de la biodiversité mondiale et d’équité internationale, ce règlement établit des règles claires qui vont favoriser les nombreux secteurs concernés en Europe, à commencer par la recherche et les biotechnologies. Ce vote est aussi un véritable signal envoyé à nos partenaires internationaux afin de renforcer la confiance et la coopération pour un accès et une utilisation durable et équitable à la biodiversité.

Les ressources naturelles, qui représentent le capital génétique des stocks naturels et cultivés et des stocks domestiques, jouent un rôle d'une importance croissante dans un grand nombre de secteurs économiques, dont la production de denrées alimentaires, le développement de médicaments, le bien-être et la cosmétique. »

Et l’euro-députée de conclure :  

« Au sein de l'Union, nous sommes tous concernés. Des chercheurs universitaires et des entreprises appartenant à différents secteurs industriels, exploitent des ressources génétiques à des fins de recherche, de développement et de commercialisation, pour des produits utilisés par tous les citoyens européens en traçabilité, équité et qualité. Ce règlement est une réponse à cette attente. »


Merci de partager