Communiqué de presse


fr | en | de

Climat

La Commission ne tient pas ses promesses sur l'action climatique


La Commission européenne a présenté aujourd'hui sa proposition sur la répartition de l'effort climatique entre les États. La législation prévoit des réductions d'émissions par État membre jusqu'en 2030 dans les secteurs non couverts par le système d'échange de droits d'émission de l'Union européenne.

Réaction de Yannick JADOT, Porte-parole du groupe Verts-ALE sur le climat:

"La Commission n'a pas respecté ses promesses et ses engagements pour lutter contre le dérèglement climatique. Alors que l'accord climatique onusien vient à peine d'être signé, la Commission fait déjà comme si le sommet de Paris sur le climat n'avait jamais eu lieu.

Les objectifs de réduction des gaz à effet de serre pour 2030 sont nettement en deçà des niveaux nécessaires pour que l'Union européenne atteigne l'objectif de limitation de l'augmentation des températures mondiales à un niveau inférieur aux 2 degrés et, à fortiori, en deçà, des 1,5 degré. Pire encore, au lieu de s'assurer annuellement que les objectifs soient atteints, la Commission se contente de proposer une vérification tous les 5 ans.

Les lacunes des propositions de la Commission font planer de sérieux doutes sur l’efficacité des règles devant permettre une réduction des gaz à effet de serre. En cadeau aux cancres de la lutte contre le dérèglement climatique, la Commission sort de son chapeau des règles pour le moins créatives afin de comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre résultant des activités liées à l'utilisation et au changement d'affectation des terres, et à la foresterie.

Il est également scandaleux de donner aux États la possibilité d'utiliser le surplus de quotas issus du système d'échange de droits d'émission (ETS) en cas de réduction insuffisante de leurs émissions au lieu de les inciter à les réduire réellement. Plutôt que d’abuser du surplus de permis d’émissions minant le marché ETS aujourd’hui, l’Union européenne doit supprimer ces permis afin d’évacuer l’ « air chaud » d’un système qui court à sa perte. Tenir nos engagements climatiques passe nécessairement par une telle mesure. "