euro-symbol
(C) Lars Aronsson

Communiqué de presse


fr | en | de

Des réformes qui ne permettront pas d’affronter une nouvelle crise

Réforme de l’Union économique et monétaire


À l’issue de leur réunion, les ministres des Finances de la zone euro ont présenté des réformes timides de l’Union économique et monétaire. Pour le groupe des Verts-ALE, les propositions ne fournissent pas les instruments permettant à la zone euro d’affronter une nouvelle crise.

Déclaration de Philippe LAMBERTS, Président du groupe Verts-ALE:

« Après 20 ans d'existence de l'euro, nous n'avons toujours pas mis en place les instruments permettant à la monnaie unique de fonctionner correctement ni d’affronter les crises. Une union monétaire n'est tout simplement pas viable sans solidarité financière forte entre ses membres, tant via le secteur public que privé. Il n'y a aucun moyen de contourner cette réalité.
 Les euro-obligations, une véritable union bancaire, un mécanisme européen de stabilité renforcé, des mécanismes de contrôle démocratiques de la zone euro et de nouveaux instruments de partage des risques tels que le système européen de garantie des dépôts sont autant d’éléments qui permettraient de maintenir l'euro à flot. Mais dans l'accord d'aujourd'hui, beaucoup n'ont pas même été abordés et ceux qui l'ont été restent insatisfaisants. Une nouvelle occasion manquée de corriger les défauts de conception de l’euro.»

Contexte:

Après de longues discussions au sein de l'Eurogroupe, les ministres des Finances se sont mis d'accord sur des mesures visant à réformer l'Union économique et monétaire. Ils veulent que la résolution bancaire de l'UE soit soutenue par le Mécanisme européen de stabilité (MES) au plus tard en 2024, à condition que les risques dans le secteur bancaire aient été suffisamment réduits. Les ministres ont également décidé de réviser les lignes de crédit de précaution du mécanisme de sauvegarde d'urgence et de définir, dans un protocole d'accord, la coopération entre le mécanisme et la Commission dans le cadre des programmes d'ajustement économique (en particulier de l'analyse de viabilité de la dette). Les ministres des Finances se sont abstenus de modifier le traité MES en l’intégrant dans le cadre juridique de l'UE comme l'a proposé la Commission européenne. Un soutien a été apporté au le budget de la zone euro sur la base des propositions franco-allemandes. Les ministres des Finances ont invité les chefs d'État et de gouvernement à donner la semaine prochaine un mandat pour l'élaboration de cet instrument dans le cadre du CFP (cadre financier pluriannuel de l'UE).