NOTRE ACTION POUR

INTERDIRE LA SURVEILLANCE BIOMÉTRIQUE DE MASSE DANS LES ESPACES PUBLICS

A l’abri de l’œil biométrique

Le groupe des Verts/ALE au Parlement européen lance un jeu vidéo à impact social pour sensibiliser à l'urgence d'interdire la surveillance biométrique dans les espaces publics.

Ce jeu, à la fois ludique et sérieux, sera utilisé pour informer et susciter l'intérêt du grand public sur les risques liés à la collecte de données biométriques dans les espaces publics.

La tâche du joueur, de la joueuse, est de naviguer dans des lieux publics et d'essayer d'éviter différents niveaux de systèmes de surveillance. Le cadre pédagogique du jeu invite le joueur, la joueuse à collecter des informations réelles, comme des nouvelles et des articles, sur l'état actuel du débat sur l'interdiction des données biométriques. Chaque étape, cependant, amène le joueur, la joueuse à un niveau de surveillance plus élevé.


JOUEZ MAINTENANT (VERSION BROWSER)

ou téléchargez gratuitement ici:


Patrick Breyer
Un article de Patrick Breyer

Why we must stop biometric surveillance in the EU

EDRi (the European Digital Rights network) has launched a European Citizen's Initiative calling for a ban on the use of biometric mass surveillance in public spaces. How could these technologies affect the lives of everyday people?

Gwendoline Delbos-Corfield
Un article de Gwendoline Delbos-Corfield

Renforcer les droits, pas le racisme

La surveillance biométrique de masse consiste à surveiller, suivre et traiter de quelque manière que ce soit les données biométriques d'individus ou de groupes, de manière aveugle ou arbitrairement ciblée. Conversation entre Gwendoline Delbos-Corfield et Laurence Meyer (Fonds pour la liberté numérique)

NOS GOUVERNEMENTS VEULENT NOUS ESPIONNER

Dans toute l’Union européenne, les gouvernements expérimentent des systèmes extrêmement intrusifs de reconnaissance faciale et d’autres pratiques de surveillance biométrique de masse dans les espaces publics.

MAIS NOUS NE SOMMES PAS D’ACCORD

Dans le monde entier, de plus en plus de voix s’élèvent pour protester contre l’utilisation de ces technologies et dénoncer ses conséquences alarmantes pour les droits fondamentaux. En effet, il a été prouvé que ces technologies alimentaient la surveillance de masse et les discriminations raciales.

Est-ce que vous voulez vraiment vivre dans une société où les individus sont pistés, jugés et répertoriés sur la base de leur apparence et de leur comportement ? Si vous avez répondu non, continuez à lire !

Sign up!

Restez informé.e de notre travail sur la surveillance biométrique de masse en Europe

QUE POUVONS-NOUS FAIRE ?

Nous demandons à la Commission européenne d’interdire les technologies de surveillance biométrique de masse sur l’ensemble du territoire de l’Union européenne et de reconnaître les incidences négatives de ces méthodes sur nos droits fondamentaux.

NOS ARGUMENTS ET REVENDICATIONS

La surveillance biométrique constitue une atteinte disproportionnée à notre droit au respect de la vie privée. Elle est utilisée sans notre consentement et ses effets font froid dans le dos. Une technologie qui nous piste et nous répertorie dès lors que nous avons l’air nerveux ou stressé, que notre apparence physique ou notre tenue vestimentaire ne correspond pas à la norme ou que notre comportement semble étrange ne devrait tout simplement pas exister dans une société démocratique qui prétend défendre le droit à la liberté et au respect de la vie privée.

 

Qui plus est, les premiers essais réalisés par les gouvernements avec cette technologie ont déjà conduit à l’incrimination erronée d’individus et à des discriminations à l’égard de certains groupes de personnes.

Nous voulons mettre un terme à la surveillance de masse :

  • en exhortant la Commission européenne à proposer une interdiction sur les technologies de reconnaissance faciale et de détection des comportements dans les espaces publics ;
  • en soutenant le travail crucial réalisé par la société civile en vue de sensibiliser aux risques de ces technologies – par exemple, en soutenant l’initiative citoyenne européenne #ReclaimYourFace ;
  • en bâtissant une société fondée sur la confiance, et non sur la suspicion.

DERNIÈRES INFOS

Article

©claudio-schwarz-purzlbaum

Renforcer les droits, pas le racisme