REJOIGNEZ LA CAMPAGNE

RENDRE NOS TECHNOLOGIES VERTES

DES TECHNOLOGIES QUI PROTÈGENT LA PLANÈTE

Soyons honnêtes : nous adorons nos technologies ! C’est pourquoi, lorsque notre téléphone ou notre appareil favori tombe en panne, nous ne voulons pas être obligés de le jeter et de dépenser beaucoup d’argent pour en acheter un nouveau. Nous voulons pouvoir le réparer, remplacer les pièces cassées, peut-être même le recycler pour donner lieu à quelque chose de nouveau.

Nous ne voulons pas que nos appareils remplissent les décharges et polluent la terre et l’eau. Nous ne voulons pas que de bonnes matières premières soient expédiées à l’étranger dans d’énormes conteneurs, alors que nous pourrions les utiliser pour relancer une « économie de la réparation » qui créerait des milliers d’emplois.

Nous voulons mettre fin à ce cycle fou où il est moins cher d’acheter un nouvel appareil que de faire réparer les appareils que nous aimons déjà. Nous voulons également mettre fin à la domination des grandes entreprises technologiques qui rendent volontairement la survie des petits ateliers de réparation plus difficile.

Tout cela n'est pas seulement possible, c'était jadis tout à fait normal. Tout ce que nous voulons, ce sont des technologies qui protègent (ou du moins qui ne détruisent pas) la planète - ni votre portefeuille !

UTILISATION DES TECHNOLOGIES AU SERVICE DU BIEN

Alors que la course mondiale pour le leadership numérique s'intensifie, on ignore encore comment faire pour s'assurer que le secteur numérique ne devienne pas un obstacle au pacte vert, mais un moteur clé de la solution. Bien qu'elle contribue déjà de façon importante à l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre (2 % des émissions mondiales, autant que l'aviation civile), la part de l'empreinte environnementale du secteur des technologies de l'information et de la communication devrait augmenter de façon exponentielle d'ici à 5-10 ans.

La Commission européenne a proposé une stratégie visant à devenir neutre sur le plan climatique d'ici à 2050 en investissant dans des technologies respectueuses de l'environnement. Bien que les technologies de l'information et de la communication soient un pilier central de la stratégie climatique de l’Europe, le pacte vert ne fournit pas de feuille de route détaillée sur la manière dont ces technologies permettront d’atteindre ces objectifs.

RESTEZ INFORMÉ.E.S

Restez informé.e.s de notre travail sur les droits numériques

NOS PROPOSITIONS POUR UN SECTEUR DES TECHNOLOGIES VERTES

Pour atteindre les objectifs fixés dans l'accord de Paris, l'UE devra s'assurer de la prise en considération systématique de tous les impacts des technologies de l'information et de la communication, ainsi que de la mise en place de réglementations spécifiques visant à limiter la consommation de carbone et d'énergie. Il faudra pour cela disposer de données et d’analyses objectives, de grande qualité et à jour sur l’empreinte environnementale du secteur des technologies de l'information et de la communication.

Le groupe Verts/ALE fait les propositions suivantes

  1. Donner aux consommateurs le droit de réparer leurs propres appareils (ou de payer quelqu'un d'autre pour les réparer).
  2. Permettre aux consommateurs de faire des choix durables grâce à des étiquettes qui montrent les impacts environnementaux de la technologie.
  3. Instaurer des exigences minimales de durabilité, y compris la réparabilité et la longévité de tous les produits sur le marché, pour que les gens ne soient pas obligés d’acheter de nouveaux produits.
  4. Promouvoir une culture de la réutilisation et encourager les choix durables des consommateurs en s'attaquant à l'écoblanchiment et aux fausses allégations environnementales.
  5. Créer des emplois et des opportunités en promouvant une « économie de la réparation » et en investissant dans un marché secondaire pour la réutilisation des matières premières.
  6. Développer un marché du travail basé sur les compétences et encourager le transfert des compétences dans le contexte de la transition circulaire.
  7. Viser l'abandon des substances nocives, et s'assurer que cela s'impose au cœur des objectifs de l'économie circulaire.
  8. Exiger de la transparence et des rapports relatifs à l'impact de la technologie sur les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d'énergie, les impacts sur le cycle de vie et autres effets externes, et publier tout cela dans une base de données ouverte
  9. Inclure les impacts environnementaux comme critères décisionnels lors de l'élaboration de politiques publiques pour l'achat et l'utilisation d'équipement numérique.
  10. Mettre en œuvre les objectifs 2030 de l'UE pour une réduction significative de l'utilisation des matériaux et intégrer l'impact climatique des technologies dans les prochaines lois et réglementations sur l'intelligence artificielle (IA). Cela implique la mise en place de réglementations spécifiques pour limiter la consommation de carbone et d'énergie.

DERNIÈRES INFOS

Communiqué

Circular economy - © ma_rish

Coup d’envoi pour l’économie circulaire

Opinion

Old phone taken apart/ CC0 James Jewis

E-WASTE IS JUST LIKE LOVE

Communiqué

La Commission européenne doit accélérer le rythme de la transition vers une économie circulaire

Rapport

Nouveau plan d’action en faveur de l’économie circulaire

Wébinaire

©tyler-casey

Une transition numérique et verte : L'intelligence artificielle favorisera-t-elle ou entravera-t-elle le Green New Deal ?

Publication

Need of environmental data and standards for the ict sector

Vidéo

Présentation du rapport pour un marché unique durable de David Cormand

Publication

Durability and repairability of printers