Les nouveaux OGMs n’ont pas leur place dans une agriculture durable

24.02.2021

Nos députés européens Benoît Biteau et Martin Häusling affirment que la nouvelle technologie GM ne résoudra pas les problèmes de l’agriculture industrielle et sapera la protection du climat, de la biodiversité et le Green Deal européen.

Les fabricants d’OGM encouragent l' »édition génétique » comme moyen de sauver l’environnement et le climat

Ces dernières années, une série de techniques de modification génétique ont émergé, appelées « édition génétique ». L’une d’entre elles est les « ciseaux à gènes » CRISPR/Cas, dont les inventeurs ont reçu le prix Nobel. L’industrie des semences génétiquement modifiées affirme que nous ne pouvons pas passer à côté de cette technologie – qu’elle appelle « innovation en matière de sélection végétale » – si nous voulons rendre l’agriculture plus durable, et réduire l’utilisation de pesticides.

Il ne fait aucun doute que l’agriculture doit devenir plus durable. Il ne fait aucun doute non plus qu’il est urgent de réduire les intrants artificiels tels que les pesticides et les engrais. Mais nous dire que les OGM sont un moyen d’y parvenir ? Sérieusement ? 

Si vous voulez réduire les produits chimiques, ne vous tournez pas vers ceux qui les fabriquent

Les entreprises d’OGM nous ont toujours dit que leurs produits réduiraient le besoin de produits agrochimiques. Pas plus tard qu’en 2014, Monsanto a déclaré sur son site web que « les cultures génétiquement modifiées peuvent fournir aux agriculteurs les moyens de … réduire les applications de pesticides ». 

Jusqu’à présent, c’est le contraire qui est vrai. Dans les pays qui ont adopté la technologie des OGM, l’utilisation des pesticides a augmenté plus rapidement qu’ailleurs. Au Brésil, la consommation de pesticides a augmenté de près de 200 % entre 2000 et 2010. Plus de la moitié des pesticides sont utilisés sur le soja, dont plus de 95 % sont génétiquement modifiés pour résister à la pulvérisation d’herbicides tels que le glyphosate. Au niveau mondial, l’utilisation de glyphosate a été multipliée par près de 15depuis l’introduction en 1996 des cultures génétiquement modifiées tolérant le glyphosate, dites « Roundup Ready ».

Dans ces pays – plus que partout ailleurs – les exploitations agricoles ont été prises dans le piège des pesticides. La surutilisation de certaines substances a entraîné le développement de résistances chez les adventices et les insectes, ce qui a conduit à l’utilisation de pesticides plus nombreux et différents, etc. 

Pour les producteurs de semences génétiquement modifiées, ce n’est pas un problème. Au contraire, c’est une question de bon sens commercial. N’oubliez pas que les quatre plus grands producteurs de semences OGM (Bayer, Corteva, Syngenta et BASF) sont tous des entreprises chimiques à l’origine, et qu’ils produisent tous des produits chimiques agricoles. 

L’agriculture biologique a les réponses 

En tant qu’agriculteurs biologiques, nous savons comment cultiver sans pesticides de synthèse. Comment y parvenir ? C’est par des pratiques bien établies telles que les longues rotations de cultures avec diverses variétés, l’utilisation de plantes de couverture et la plantation de haies qui abritent des prédateurs des insectes se nourrissant de nos cultures. Rien de tout cela n’est vraiment nouveau, même si ces pratiques sont en constante évolution et que d’autres innovations agronomiques doivent voir le jour. Contrairement aux approches GM, elles ne créent pas de nouveaux risques et incertitudes pour l’environnement. Au contraire, elles contribuent à soutenir et à protéger les écosystèmes naturels.   

Bien sûr, les variétés de plantes cultivées robustes sont également importantes, mais il y a tellement que la plante elle-même peut déjà faire avec son génome initial. Ce que les entreprises qui vendent des semences et des pesticides ne mentionneront pas, c’est que c’est l’approche globale qui compte : la diversité des plantes cultivées, les boucles de nutriments fermées et des écosystèmes sains pour produire des plantes saines. 

L’adoption des semences génétiquement modifiées freinerait les progrès

Il a été démontré que le bio améliore la biodiversitéséquestre plus de carbone et utilise moins d’énergie, contribuant ainsi à la protection du climat. C’est donc une bonne chose que la Commission européenne et les ministres nationaux veuillent faire passer la surface agricole consacrée à la production biologique de 8,5 % à 25 % en un peu plus de dix ans. Cette mesure contribuera à la réalisation des objectifs écologiques de l’UE, à savoir la restauration des écosystèmes et la réduction de l’utilisation de produits chimiques nocifs pour la faune et la flore. 

L’utilisation de la technologie des OGM compromettrait cet objectif. L’agriculture biologique doit être exempte d’organismes génétiquement modifiés, en vertu de ses propres règles et de la réglementation européenne. Quel que soit l’endroit où sont cultivées les cultures génétiquement modifiées, il s’est avéré pratiquement impossible de maintenir la production biologique exempte de contamination par les OGMs. Aujourd’hui, une seule variété de maïs génétiquement modifié est cultivée dans deux pays de l’UE, l’Espagne et le Portugal, sur une très petite surface. En Espagne, les agriculteurs biologiques ont abandonné la culture du maïs après que leurs récoltes aient été contaminées. 

Il est important de noter que la technologie des OGM ne nuit pas seulement aux agriculteurs biologiques. L’utilisation de technologies brevetées a accéléré la concentration du secteur des semences et nous pensons que la nouvelle technologie OGM conduira à une consolidation plus grande encore. À l’heure actuelle, quelques multinationales contrôlent une grande partie de notre production agricole. L’une des conséquences est le déclin constant de la diversité des cultures – alors que nous avons besoin du contraire pour maintenir la production alimentaire dans les conditions du changement climatique. Un autre résultat est que la sélection des semences est retirée aux agriculteurs qui ne peuvent plus produire des variétés de cultures robustes et adaptées aux conditions locales. Cela met en péril l’autonomie technique et économique des agriculteurs.

Plutôt que de faire progresser la durabilité, la technologie des OGM fera tout le contraire. Elle sapera les objectifs de l’UE visant à réduire l’utilisation des pesticides et à promouvoir l’agriculture biologique, tout en freinant les approches réellement innovantes.  

L’industrie des semences génétiquement modifiées nous raconte des contes de fées : ne les croyez pas

L’histoire « verte » de OGM est aussi ancienne que la technologie GM elle-même. Dans sa version récente, c’est une histoire adaptée aux activistes du climat et à la Commission du Green Deal. Et ce n’est pas le seul aspect positif que l’on nous raconte. Ceux qui s’inquiètent de la sécurité alimentaire entendront dire que la nouvelle technologie GM est toute « précise » et donc sûre. Ceux qui pensent que la technologie ne devrait pas être entre les mains de quelques multinationales entendront que CRISPR/Cas est un outil « démocratique » accessible à tous. 

En tant que Verts, nous avons examiné ces affirmations et nous avons constaté qu’elles n’étaient que des mythes, des contes de fées. Notre nouvelle publication « Edition génétique : mythes & réalités » présente huit affirmations faites par l’industrie des semences génétiquement modifiées et montre qu’elles sont au mieux trompeuses et au pire mensongères. Elle fournit des informations de qualité à ceux qui n’ont jamais entendu parler de l’édition génétique et à ceux qui pensent tout savoir. 

Bonne lecture !


Auteurs